Le terrain était au tout début une zone d’entraînement militaire qui fut construit en 1720, puis agrandi en 1766. Il faisait plus 100 hectares en 1850. Ce terrain militaire étais un zone d'évolution des armées sous les rois Charles X, Louis-Philippe et de l'empereur Louis-Napoléon, puis du Kaiser pendant la période Allemande (1871 à 1917). C'était une zone où il y avait beaucoup de défilés militaires car de partout autour on avait une bonne vue sur les évolutions des troupes.


Au début du XXème siècle le terrain du Polygone est utilisé pour des essais aéronautiques, en particulier par Emile Mathis, constructeur d'automobiles et d'avions à la Meinau toute proche. Le terrain d'aviation sert d'école de pilotage pendant la 1ère guerre mondiale.


La célèbre unité d'avions de chasse, l'escadrille des cigognes, s'installe au Polygone à la fin de la guerre. Antoine de Saint-Exupéry y passera son brevet de civil pilote (1921). A partir de 1920, l'aviation commerciale a été développée, ainsi que l'aviation de loisirs. Le terrain servira même de piste d’atterrissage pour les Zeppelin.                     
L'armée impose toutefois sa présence avec le 2ème régiment de chasse jusqu'en 1939. L'armée Allemande y installe sa flotte aérienne en 1940, et y laisse quantités d'épaves et munitions lors de la libération de Strasbourg.
Ouvert aux seuls appareils lents et légers par l’arrêté ministériel du 6 février 1947, l’aérodrome de Strasbourg - Neuhof sera affecté la même année, à titre principal, à l’aviation de tourisme et au vol à voile et, à titre secondaire, à l’Armée de l’Air.

Dans les années 60, des familles Tziganes s'installent sur un terrain vague au nord ouest de l'aérodrome (voir section "Lupovino").
De nos jours, l'aérodrome du Polygone ne sert plus qu'aux loisirs (avion de tourisme, planeur, sauts en parachute, vol à voile, voltige aérienne, aéromodélisme….). Plusieurs clubs se le partagent. Ils proposent des baptêmes de l'air, des vols "découverte", des stages et formations avec brevets et diplômes à la clé ! Par beau temps, et surtout les week-ends, on peut observer avions, planeurs, parachutes, ailes…..

Le passé aéronautique marque l'identité du quartier au travers de la dénomination des rues environnantes : aéropostale, Guynemer, Blériot, Aviateurs….

Plus d'informations :